Bolivie, clap fin!

Après 3 mois dans notre nouveau pays d’adoption, nous avons finalement quitté Cochabamba et la Bolivie… Temps pour nous de relater nos dernières semaines !

Nous ne pouvions pas quitter Cochabamba sans visiter le parc national Toro-Toro, principale raison du passage des touristes dans la ville. En compagnie de nos collocs Bego, Constance et Diego, nous partons donc pour le pays des dinosaures. Toro-toro c’est une petite merveille géologique, un témoignage grandeur nature de la dynamique de la tectonique des plaques. Paysages splendides où les couches de roches de couleurs différentes se succèdent. Mais l’attraction principale, ce sont les empreintes de dinosaures qui témoignent de la présence de ces géants il y a plusieurs millions d’années. Avec le temps, la roche sur laquelle ont été imprimées ces empreintes ont bougé et les traces se retrouvent maintenant à la verticale ! Impressionnant résultat de l’évolution de la couche terrestre ! C’est également pour nous l’occasion de notre première expérience de spéléologie. Nous explorons une grotte en rampant, escaladant, pendant plus de deux heures. A la découverte des stalagmites et stalactites.

  • Cuidad de Icta

Pour une excursion d »un week-end, nous décidons avec Constance et d’autres amis d’aller passer quelques jours dans la jungle! C’est donc à Villa Tunari, aux portes de la jungle bolivienne que nous posons nos sacs à dos pour deux jours. Seulement 4h de voiture et déjà tellement différente du climat cochabambino, végétation luxuriante et régime de bananes à tous les coins de rues, le dépaysement est total. C’est l’occasion pour nous de visiter un refuge d’animaux sauvages, nous observons trois espèces de singes en liberté, le capucin, le singe araignée et le singe hurleur.

Notre volontariat dans l’association educar es fiesta nous permet également de nous plonger plus directement et plus profondément dans la culture locale. Nous travaillons avec des enfants des quartiers populaires, familles dans lesquelles les traditions sont encore présentes. Notamment, la fête des morts du 1er novembre. Cette fête à l’origine paiîenne a depuis lors été reprise par l’église catholique, néanmoins le rite ancestral est toujours pratiqué. Celui-ci consiste en l’élaboration d’une véritable table de fête. Sur cette table, on dispose entre autres la nourriture préférée des morts de la famille afin de recevoir les esprits de ceux-ci. C’est également l’occasion pour les enfants de s’initier à la pâtisserie, nous élaborons avec eux les pains gâteaux traditionnels de cette fête, dont l’importante Tantawawa. Le 1er novembre est le grand jour, la table est montée, les petits plats mijotés, et c’est l’occasion pour nous d’un petit moment de recueillement et de fête.

Après 2 mois dans la ville, il était temps de faire nos adieux à Cochabamba. Dire au revoir aux enfants dont nous nous occupions, à nos collocs et aux amis que nous nous étions faits sur place. Notre dernier week-end coincide également avec mon anniversaire. Occasion parfait de faire une grosse fête. On célèbre tout le week-end mes 25 ans, notre départ et la vie à Cochabamba ! Quelle chance nous avons eu de tomber sur cette maison, où nous avons fait des rencontres durables ! Merci à Pablo, Diego, Ana, Constance et Bégo pour ces moments. Prendre congé des enfant n’est pas chose facile non plus. Les  » Qu’est ce qu’on va faire maintenant que vous partez » nous arrachent quelques larmes. On ne les reverra probablement plus jamais. Que vont-ils devenir tous ces gamins ?

  • El Chaleco, fin!

C’est donc le coeur plein de nostalgie et la tête pleine de souvenirs que nous quittons la ville et reprenons la route.

Première étape Tupiza! Un bus et un train de nuit plus tard, nous arrivons dans la ville des cow-boys boliviens. Dans des décors dignes des plus grands westerns, nous enfourchons notre destrier pour explorer les canyons environnants. Paysages grandiose et expérience équestre amusante. On se découvre des douleurs musculaires à des endroits incongrus 🙂

  • Canyons de Tupiza, sur nos fidèles destriers.

Nous prenons ensuite congé de la Bolivie. Un dernier truffi d’une heure nous emmène à la frontière. Et nous passons du côté argentin après avoir presque perdu notre fidèle allié la tente ! La Bolivie, c’est fini. 3 mois c’était court. C’est bon signe. On reviendra…

!Hola Boludos!

2 Commentaires

  1. Waouw….quelles photos,paysages,ambiance…
    Mettre des images sur tout ce que vous nous racontez lors de nos nombreux contacts….il n y a rien à faire,les photos c est génial!
    Gros bisous,profitez,ici tellement moche…ON VOUS AIME!

  2. Vandenschrick Annie et Jean-Pierre

    Mon Dieu, comment tenez-vous devant tant de merveilles et de beautés ? Arrivez-vous à digérer tout cela ? Et comment ferez-vous en revenant voir la Baraque Fraiture et la Mer du Nord? En attendant nous nous émerveillons aussi et vous remercions de nous faire participer à vos découvertes. Chapeau aussi pour votre façon positive, constructive de mener votre tourisme ! Profitez bien de tout cela et … rendez grâce!
    Bisous de nous deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *