Cartagena de los Indias, perle des Caraïbes.

Notre découverte des Amériques commence donc avec Carthagène des Indes, superbe ville à l’architecture coloniale et qui fut la cible d’attaques de pirates à répétition. Rentrez en Amérique du Sud, avec nous, par la grande porte !

Dès nos premiers pas dans la vieille ville de Cartagena, notre première réaction est que nous avons fait le bon choix en partant pour l’Amérique du Sud. Des maisons des plus colorées, avec leurs balcons de bois blancs, des ruelles étroites où se mélangent touristes, charrettes à bras et cheval, taxis. Le tout dans une clameur et une chaleur qui donne du baume au coeur ! Cette ville fût le bastion espagnol ou les colons stockaient les marchandises pillées sur tout le continent, notamment d’énormes quantités d’or, avant de les envoyer en Espagne sur des galions. Sujet de convoitise, Carthagène fût donc de nombreuses fois attaquée et pillée par des pirates (des Caraïbes). Pour se défendre elle s’est dotée d’une muraille qui entoure aujourd’hui la vieille ville, qui est la principale attraction de la cité.

Venons-en à ce qui nous a frappé en sortant de l’avion : la chaleur. Celle qui te prend à la gorge, qui te mouille, qui te trempe, qui t’agace et qui ne te lâchera plus pendant des jours. Les 35 degrés centigrades et les 60% d’humidité que nous trouvons à Cartagena ne nous laissent certainement pas indifférent. Les airs conditionnés deviennent des petites oasis et, personnellement, je me suis réconcilié avec la douche 🙂 Trêve de complaintes, il fait toutefois bon de se dorer la pilule sous le soleil des Caraïbes et la fraicheur que nous apportent les brises de fin d’après midi nous rapproche un peu plus du paradis.

Nous sommes finalement restés deux nuits à Carthagène et avons passé un jour entier à explorer la vieille ville, à flâner dans les ruelles étroites et à apprécier les couleurs.

  • Cartagena

Nous partons ensuite vers Santa-Marta, station balnéaire prisée des vacanciers colombiens. Ce fût là notre première expérience de voyage colombienne. Les stations de bus se trouvant à plus de 45 minutes en voiture des centres-villes, il nous faut d’abord prendre leurs bus locaux. Petites camionnettes étroites qu’il faut héler tel un taxi et qui s’arrêtent à la demande. Il n’y a pas vraiment d’arrêts fixes, il suffit de savoir par où le bus passera… C’est alors l’occasion pour nous d’observer la banlieue de Cartagena. Cette ville qui semble si prospère si l’on considère son port et sa vieille ville nous apparait maintenant bien pauvre… La banlieue est un amas de petites bourgades aux maisons en terre séchées et toîts de tôle…

Une fois arrivés à la station de bus de Cartagena, trouver un bus pour Santa Marta n’est pas chose aisée, surtout un vendredi saint, jour « férié de chez férié » en Colombie ! Certaines personnes nous proposent de nous emmener dans leur bus, qui ressemblent plus à des mini-vans qu’aux bus auxquels nous nous attendions. Après renseignement auprès de quelques locaux qui attendent dans le terminal, nous apprenons qu’il n’est pas recommandé de faire confiance à ces personnes et que le voyage peut s’avérer dangereux… Nous trouverons finalement un bus correct pour rejoindre Santa-Marta après presque une heure de recherches. Pas facile facile mais on apprend !

Nous atteindrons notre auberge dans la soirée pour profiter d’un repos bien mérité. Le lendemain matin, c’est la découverte de notre auberge. Et la surprise est plutôt bonne ! Nous sommes logés dans un manoir d’un ancien magnat de la cocaïne. La maison est gigantesque, surplombe la baie de Santa-Marta, dispose d’une piscine , d’un billard et d’une salle de cinéma. Le rêve. Nous y resterons finalement 3 nuits plutôt que les 2 initialement prévues 🙂

Les soirées à Santa-Marta sont animées. Les colombiens en vacances se donnent tous rendez-vous sur la plage pour jouer de la musique, boire de l’Aguardiente, la gnôle locale, et faire la fête ! Nous passons de groupes en groupes, nous faisons offrir des verres et profitons des petits concerts.

La journée, nous partons faire de petites escarmouches dans la ville mais celle-ci n’offre pas tellement d’intérêt. On se retrouve assez rapidement autour de la piscine avec les gens de l’auberge.

Hier, pour notre dernier jour à Santa Marta, nous sommes allés passer l’après-midi et la soirée à Taganga, petit village de pêcheurs et de plongeurs. Avec nos nouveaux amis de l’auberge, nous explorons la côte et admirons le coucher de soleil magistral qui nous est offert. De fil en aiguille, nous passons la soirée dans ce village et allons danser dans un club local, conseillé par son videur que nous avions rencontré quelques heures plus tôt sur la plage. De la bière, du soleil, une piste de danse panoramique sur la baie, une vraie première soirée colombienne ! La censure m’empêche de relater les faits d’armes croustillants de fin de soirée… Mais il me sera toujours possible de vous expliquer les détails en privé !

  • Vendredi Saint sur la plage de Santa-Marta, quartier Rodadero.

Aujourd’hui, 6 avril, nous quittons notre manoir escobarien pour Taganga, ce petit village qui, hier, nous laissait déjà un charmant aperçu, voire même un goût de trop peu !

On pense à vous !

6 Commentaires

  1. La fin de la.soirée !!!!

  2. J’espère au moins que tu as laissé la carte de visite du cabinet à ce baron de la drogue hahaha 😉
    Les photos sont magnifiques!!!! bisous!!!

  3. Très chouette,merci pour ce partage et gros bisous…….

  4. Vandenschrick Annie et Jean-Pierre

    Que c’est bien écrit ! On a l’impression d’y être! On découvre la chaleur, les couleurs et les coutumes (le bus). Bravo pour votre prudence ! Continuez !….Bisous!.

  5. Trop chouette ! vos photos sont canons !! et quel art de tenir votre public en haleine… des détails sur la fin de soirée plz !

  6. Hola, super… trop cool de vous lire… quelle expérience profitez bien tout en étant prudent… les prisons sont bcp moins sympa que les plages et jolis villages!!-) . Avez-vous eu des contacts avec le Chili? > ceux donnés ar Didier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *