De Huaraz à Santa Cruz

Après notre trek dans la cordillère Huayhuash, notre prochain objectif fut d’atteindre la ville de Santa Cruz en Bolivie pour des retrouvailles familiales. Petites pauses musicales, culturelles, rencontre avec Educar es Fiesta, l’association avec laquelle nous allons passer deux mois, nous avons eu de quoi occuper notre périple.

De retour de Barranca, nous arrivons à Huaraz avec une envie folle de repos. Mauvaise surprise, notre super auberge (El Tambo) est pleine à craquer. On décide donc, après un bon resto et une bonne bière, de prendre un bus de nuit pour rejoindre notre cher et tendre Barranco Campo.

Musique, tricots, repos, souper multiculturel, Barranco Campo a rimé avec retrouvailles et musique. Occasion pour nous de découvrir d’autres styles musicaux, de profiter d’un bon resto cadeau (Merci Dirk et Bénédicte 🙂 ) et de se faire des contacts à travers le continent! En effet, on retrouve Jorge et Katie, toujours pleins de projets musicaux en tête, et on profite du soleil liménien pour enregistrer Run from me, chanson écrite et composée par Katie.

Après quelques adieux, on continue notre chemin vers Arequipa. L’objectif étant de pouvoir aller au Musée qui contient la petite momie Juanita. Une petite demi-heure de spectacle dans la rue et le tour est joué. On se paye même un McFlury avec la technique connue (petite private joke pour la bande). Dans ce musée, nous apprenons comment a été découverte la momie grâce à la fonte des glaces sur les montagnes entourant Arequipa. Durant la période Inca, cette jeune adolescente fut sacrifiée aux dieux afin de calmer leur colère. Colère qui se manifestait entre autres par les catastrophes naturelles telles que les éruptions volcaniques. Tuée d’un coup sur la tête, elle fut retrouvée congelée plusieurs siècles plus tard, en 1995. Clou du spectacle, la petite Juanita reste conservée dans ce musée à -20 degrés! Triste et intrigante histoire..

  • Barranco Campo

Ensuite, nous reprenons un bus de nuit direction la frontière Pérou-bolivienne. Arrivés à 5h du matin à Desaguadero, ville frontalière, une longue file nous attend devant le bureau migration péruvien. Mais une plus longue encore devant le bureau bolivien. On prend enfin un compartido jusqu’à La Paz pour arriver vers midi dans notre capitale bolivienne. A La Paz, nous retrouvons Alizée qui nous fait découvrir sa nouvelle vie et son entourage! Top soirée autour du vin bolivien, de la guitare et du djembé.

  • Arequipa et le Misti

Malgré la gueule de bois, nous prenons un bus, de jour, en direction de Cochabamba. Après en avoir tant parlé, nous allons enfin découvrir cette fameuse ville oú parait-il, il fait bon vivre grâce au temps éternellement printanier et aux repas copieux. En effet, Cochabamba nous conquit rapidement: la ville est pleine de parcs ensoleillés et de restos oú l’on mange bien! L’objectif était de rencontrer les responsables d’Educar es fiesta, chose faite. On passe donc l’après-midi avec Edson, le responsable de l’association, qui nous emmène dans une école dans la banlieue de Cochabamba. On participe alors à la présentation d’un petit spectacle qui sensibilisait à l’environnement. Nous avons ensuite découvert le Chapiteau de l’association dans lequel sont organisés des spectacles de cirques, des projections de films et quelques cafés-concerts.

On ressort excités, car le projet nous tente vraiment, mais aussi stressés de cette entrevue à la bolivienne où on découvre les horaires et le changement que cela va apporter dans notre quotidien!

Prochaine et dernière destination, Santa Cruz, aux portes de la forêt amazonienne. Santa cruz n’étant pas riche culturellement, on décide d’aller voir les animaux tropicaux au zoo en attendant l’arrivée de la smala d’Edward.  Ces deux derniers jours ont surtout rimé avec repos avant de se lancer dans la découverte des paysages boliviens en famille 🙂

  • Cochabamba

Un Commentaire

  1. Trop beau le condor ! Bien joué pour le mac flury 🙂 on attend le prochain article !! Gros bisous <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *